La reconversion professionnelle : conseils d’une reconvertie.


Parce qu’infirmière est l’un des métiers à la plus courte durée de vie en France, en moyenne 7 ans, il y a 3 ans c’était mon tour. J’étais arrivée au bout de ce timing fatal, de ce ras-le-bol insurmontable des soignants. Et c’est d’autant plus vrai en cette période de Covid où l’on a appris la semaine dernière que 40% des infirmiers souhaitaient se reconvertir.

L’idée avait émergée en moi il y a 4 ans et demi. Et comme beaucoup je me suis dit « mais qu’est-ce-que je vais faire ??? je ne sais rien faire d’autre !!! ». Alors comme le veut une officieuse tradition j’ai d’abord pensé aux évolutions possibles de mon métier, cadre de santé, formatrice, infirmière coordinatrice… Mais non, après tout, ça reste quand même infirmière.


Et c’est là qu’a commencé le vrai questionnement. Il faut véritablement fermer la porte pour pouvoir en ouvrir une nouvelle. Mon conseil, c’est d’ouvrir, ouvrir et ouvrir encore cette porte sans se fixer de limites au départ. Osez tout. Rêvez. Que souhaitiez-vous faire enfant ? Qu’est-ce qui vous inspire ? Faites des listes d’envies. Vous ferez le tri plus tard.

Voilà tout ce que je n’ai pas fait !!! Et oui les conseilleurs… Mais c’est ce que j’ai fait il y a quelques temps pour y voir plus clair (je vous donne ma méthode plus bas). La reconversion c’est un chemin, et contrairement à ce que je pouvais penser il est autant personnel que professionnel. Je n’avais pas envisagé une seule seconde cette dimension qui a tout bouleversé dans ma vie.


Personnellement j’ai eu de la chance, c’est mon nouveau métier qui est venu me chercher. Où qui est plutôt tombé du ciel ! Franchement je suis incapable de vous dire comment j’en suis arrivée à devenir hypnothérapeute ! C’est juste, arrivé.

Tout ce que je savais c’était que je souhaitai continuer à être dans le contact et le soin, et surtout quelque chose de rapide, facile et pas trop cher pour pouvoir vite vite vite arrêter d’être infirmière. Bim, Bam, Boum, l’hypnose cochait toutes ces cases (du moins je le croyais). Hop,hop,hop, juillet 2017 je débutais ma formation, après une soirée portes ouvertes dans une école. Et pourtant l’hypnose et moi c’était pas gagné d’avance, mais je vous raconterai ça dans un prochain post !


La formation débute, je m’en sors bien, j’apprends vite, et je me vois déjà ouvrir un joli petit cabinet, ultra cocoon, une déco tendance, en Septembre. Poussant le rêve à me dire que la clientèle sera plus qu’au rdv et que fin Décembre je clôturerai définitivement mon activité d’infirmière libérale. Ahahahaahah c’te bonne blague. L’espoir fait vivre !!! La reconversion est un chemin, ne l’oubliez pas. Parfois le chemin n’est pas tout tracé, c’est à vous de le créer. Ne lâchez rien.

J’ai bien trouvé un cabinet en Septembre, mais en 2018 ! Le marché parisien est compliqué et hors de prix. J’ai cherché activement pendant 9 mois et j’ai fini par baisser les bras, regardant de temps à autres des annonces sans trop y croire. Je faisais des séances d’hypnose chez moi sur mon entourage et les amis d’amis. J’étais toujours infirmière. Et puis j’ai trouvé ! Mon petit nid, à la Butte-aux-cailles. Après quelques coups de peinture et la tournée des magasins de déco, c’était fin prêt.


Là encore il a fallu 1 an, je tournais entre 3 et 10 séances par semaines, pas de quoi en vivre. Lorsque l’on se reconvertit, notamment dans une activité à son compte, il ne faut pas négliger l’aspect financier. Une reconversion demande d’avoir des économies. Vous allez payer avant de rentrer le moindre euro…bienvenus en France ! Je ne saurais que trop vous conseiller d’être bien entouré comptablement parlant, car des erreurs qui vous coute de l’argent, vous allez en faire. Fort heureusement j’avais une béquille financière, mon métier d’infirmière. Alors faites un prévisionnel, gardez une activité à côté si vous le pouvez.

Malheureusement, j’ai été mal conseillé, et a un moment j’ai tout perdu financièrement. Rien, 0e par mois, mais des charges professionnelles et personnelles à payer. Tout le fruit de mon travail repartait directement à l’Etat. Mon activité grandissait tranquillement mais insuffisamment. J’avais 2 boulots mais ne gagnais rien. J’ai même fait un emprunt pour payer mon loyer ! Je voulais tout lâcher. Mais c’était tellement dommage et je sentais que j’avais trouvé ce que je voulais faire. J’avais tout monté seule. Je multipliais les formations parallèles pour étoffer mon offre de soins, je me suis d’ailleurs un peu perdue en route.


Et puis au printemps-été 2019 ça a fini par décoller. Vous étiez de plus en plus nombreux, vous faisiez fonctionner le bouche-à-oreille. J’ai aussi eu un joli coup de pouce grâce au remplacement d’une amie, merci Anne ! Et le 31 Décembre 2019 j’ai dit au revoir à ma blouse blanche et mes crocs roses !

Sur ce chemin vous aurez peut-être comme moi envie 1000 fois de faire demi-tour. Mais à chaque fois je pense à ceux qui ont réussi en ne partant de rien, j’imagine combien leur chemin a dû être lui aussi jalonné d’obstacles en tout genre, ils n’ont rien lâché et ont fini par y arriver. Je regarde aussi mon propre chemin et je me dis « non, pas tout ça pour ça, je continu ».


VOICI UNE BONNE METHODE pour ceux qui sont en plein questionnement : je vous présente la méthode Walt Disney (n’hésitez pas à me contacter si vous avez besoin d’aide). C’est un outils de PNL qui porte ce nom car il s’inspire directement de la manière dont Walt Disney travaillait pour construire ses films. Moi j’appelle ça la technique de l’entonnoir, où comment partir du plus vague pour arriver au plus précis. La méthode consiste à construire 3 espaces. Vous pouvez le faire sur une très grande feuille ou vous pouvez construire des espaces que vous matérialisez au sol (plus efficace !). Ces espaces sont des positionnements et projections de vous-même face à votre projet : rêveur/réalisateur/critique.

  • D’abord on commence par le rêveur. Tout simplement rêvez votre projet, SANS AUCUNE RESTRICTION ! N’oubliez pas, on part du plus large, du plus vague. Notez TOUT ce qui vous vient. N’ayez aucune limite c’est trèssssss important. Les limites viendront plus tard ! Lorsque vous êtes dans la position du rêveur vous n’avez le droit que de rêver. Vous ne pouvez faire dans chaque espace que ce qui doit y être fait !

  • Puis vient le temps du réalisateur, idem ZERO LIMITES. Dans cet espace vous pensez à votre manière idéale de réaliser votre projet (temps, moyens, finances, matériel, lieu …).

  • Et enfin, vous devenez le critique de votre projet. C’est là que vous arrivez à la partie «restreinte» de l’entonnoir, vous affinez votre projet. Dans cet espace vous critiquez le réalisateur (attention jamais le rêveur). Il est temps pour vous de revenir à plus de réalité. En clair, que puis-je mettre en place concrètement ? Est-ce réalisable ? Quels sont mes meilleures options de concrétisation ? Quelles sont les limites ? Que puis-je mettre en place ?

Vous verrez c’est ludique et efficace (ça a bien réussi à Disney !!!).


Aujourd’hui le combat continu, les gilets jaunes, la grève des transports et le Covid, m’ont fait chuter. J’ai dû remettre ma blouse et mes crocs. Il y a des jours où je suis épuisée et démoralisée. J’ai parfois la sensation d’être en survie permanente. J’ai souvent envie d’abandonner. 3 ans de bataille ! Mais encore une fois je refuse d’abandonner. Lorsque je vous accompagne en hypnose, que je vous vois évoluer, que vous me remerciez, je me dis que le jeu en vaut la chandelle.


Alors merci à vous tous !

Bienvenu sur mon blog.

Ici je partage avec vous des conseils, des exercices et des expériences de vie.

Suivez l'actualité du blog

Thanks for submitting!

  • Facebook
  • Instagram